Recherche

A. Balcaen & J. LeGlatin, Éditer (modestement) ...
Jul Gordon, De tels baisers
Rosaire Appel, Soundtrack/s
Gary Colin, Il était deux fois
Démoniak, Eros negro n°4
Démoniak, Eros negro n°3
J.-M. Bertoyas, Pêchez jeunesse !
Collectif, À partir de n°2
L.L. de Mars, Critique & création
Démoniak, Eros negro n°2
C. de Trogoff, Hmm !
Jean-Luc Guionnet, Plafond de verre
Robert Varlez, 9 octobre 1977
Rosaire Appel, Perturbations
Collectif, À partir de n°1
Guillaume Chailleux, Filer
L.L. de Mars, Exposer la bande dessinée?
Démoniak, Eros negro (jouer avec le feu)
Fanny Larpin, En el dolor de la noche
J.-M. Bertoyas, L'Internationale modique
L.L. de Mars, BD et grand public
Robert Varlez, 1968
Noémie Lothe, Imagos
Collectif (50 auteurs), De tout bois
J.-M. Bertoyas, L'Arum tacheté
J. & E. LeGlatin, Polyphème
R. Grandpey, Comment dresser un cheval
Rosaire Appel, Intersections
Loïc Largier, Obscurcité
Jean-Pierre Marquet, Déséblouir
L.L. de Mars, Communes du livre
Collectif, Idiomes & idiots
Michel Vachey, Trous gris
Judith Mall, Beyond halfway beach
Loïc Largier, Des Combats
Robert Varlez, Suit(es)
Françoise Rojare, Mnémopolis
C. de Trogoff, L’Arbre de la connaissance
Yan Cong, Inspiration
Guillaume Chailleux, Fils
L.L. de Mars, Jack Kirby ...
Alexandre Balcaen, Manifeste

Comment dresser un cheval


Ronald Grandpey, Comment dresser un cheval

64 pages n&b, dos carré/collé
12,5 x 17,5 cm
12 €
979-10-95922-15-5
Septembre 2017

De Chez Jérôme Comix aux Taupes de l’espace, de Misma à l’autoédition la plus fervente, Ronald Grandpey oscille depuis une vingtaine d’années entre diverses initiatives souterraines pour produire une bande dessinée qui, sous couvert de grande aventure, est dédiée à la subtilité et à la recherche.

Développant un large éventail de styles et des cosmogonies ouvertes aux déploiements et tressages de récits disjoints, il se consacre à semer la confusion au sein de nos repères spatiaux et temporels, jouant à perturber le socle de notre conscience par un usage raffiné et inédit de la séquence (agissant comme suite d’instants démultipliés, suspendus au cœur de mouvements et de déplacements amples et diffractés, aussi flottants que mobiles).

Initialement publié en ligne sur le site 8pcx de la plateforme Grand Papier, Comment dresser un cheval est une parenthèse de grâce et de trouble dans le cycle ouvert à l’infini des aventures d’Estebald (Raison d’état, Ils ont des nouveaux pouvoirs, Frontière).

Sur le fil d’un récit des plus ténus, donnant à peine l’illusion de se chercher des alibis romanesques, le livre est conçu en une suite de champ/contrechamp, glissant du statisme inquiet de deux voyeurs dissimulés sous les arbres à la fougue d’une cavalière et de sa monture arpentant les espaces dégagés.

Comment dresser un cheval


Ronald Grandpey, Comment dresser un cheval

64 pages n&b, dos carré/collé
12,5 x 17,5 cm
12 €
979-10-95922-15-5
Septembre 2017

De Chez Jérôme Comix aux Taupes de l’espace, de Misma à l’autoédition la plus fervente, Ronald Grandpey oscille depuis une vingtaine d’années entre diverses initiatives souterraines pour produire une bande dessinée qui, sous couvert de grande aventure, est dédiée à la subtilité et à la recherche.

Développant un large éventail de styles et des cosmogonies ouvertes aux déploiements et tressages de récits disjoints, il se consacre à semer la confusion au sein de nos repères spatiaux et temporels, jouant à perturber le socle de notre conscience par un usage raffiné et inédit de la séquence (agissant comme suite d’instants démultipliés, suspendus au cœur de mouvements et de déplacements amples et diffractés, aussi flottants que mobiles).

Initialement publié en ligne sur le site 8pcx de la plateforme Grand Papier, Comment dresser un cheval est une parenthèse de grâce et de trouble dans le cycle ouvert à l’infini des aventures d’Estebald (Raison d’état, Ils ont des nouveaux pouvoirs, Frontière).

Sur le fil d’un récit des plus ténus, donnant à peine l’illusion de se chercher des alibis romanesques, le livre est conçu en une suite de champ/contrechamp, glissant du statisme inquiet de deux voyeurs dissimulés sous les arbres à la fougue d’une cavalière et de sa monture arpentant les espaces dégagés.